Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2019/01 Restauration d'une Mini British Open de 1992

Publié le par Fabrice

 

Voilà, après près de 26 ans de bons et loyaux services, il était temps de redonner une seconde jeunesse à cette petite auto.

Depuis un peu plus d'un an à l'arrêt, à prendre la poussière dans le sous sol, elle attendait patiemment que l'on s'occupe d'elle. Le dernier contrôle technique passé en 2016, nous avait prévenu que ce serait le dernier avant la mise au rebus... N'ayant pas l'âme d'un ferrailleur, les fêtes venant de passer, je me décide enfin à me mettre au travail sur cette mini qui après un premier démontage, nous révèle un long travail en perspective.

Pour ceux qui aurait suivi la restauration de la MGB en 2007, véhicule que je possède toujours, sauront que le final sera à la hauteur du temps passé.

Le programme pour cette voiture sera la remise en état de la caisse, des trains roulants, de l'ensemble moteur et boite ainsi que de l'intérieur. La seule chose que je conserverais d'origine sera toit ouvrant parfaitement fonctionnel et en état. 

Je ne me donne pas de délais pour sa remise à la route, faisant la quasi intégralité des travaux seul, (ayant accessoirement une activité professionnelle à côté...), la seule chose que je ferais faire, sera la peinture finale par un peintre professionnel.

Tout comme pour le blog de la MG B, je viendrais au fil des semaines, et surtout de l'avancée des travaux, ajouter des photos et commentaires.

Je démarrerai donc ce premier article par quelques photos du début des travaux des deux premiers jours de démontage. A l’heure ou j'écris ces quelques lignes, la mécanique est sortie, l’intérieur est partiellement déposé (il reste le toit ouvrant, la porte droite ainsi que la custode arrière, la lunette arrière et la malle de coffre, qui seront démontés le weekend prochain)

 

La baie de pare brise, un classique sur les mini, bien attaquée par le temps

 

Déshabillage de tout l'intérieur 

 

Le plancher est en effet quelque peu abîmé...
Plancher arrière gauche
une vue d'ensemble de l'intérieur ou il ne reste plus grand chose à déposer
Dépointage du "A post", endroit aussi sujet à corrosion sur les mini. Par chance, les tôles derrière ne sont pas abimées.
Démontage des périphériques moteur en vue de sa sortie
La sortie du 1275

 

Rangé pour de long mois. Il attendra la fin de la remise en état de la caisse pour se faire opérer
Prêt pour le démontage de tout ce qu'il reste.

A l'heure ou je rédige cet article, la baie moteur est totalement vidée de ses accessoires et le faisceau électrique est allé retrouver les autres pièces sur les étagères.

LA SUITE:

Le démontage de ce qui n'avait pas encore été retiré, pare choc, malle arrière, réservoir, feux, vitrages, porte droite

La dépose du toit ouvrant et du ciel de toi. Le ciel de toit sera aussi remplacé, donc pas de soins particulier pour sa dépose.

Premier vrai gros travail. On rentre dans le vif du sujet, la remise en état de la carrosserie. Pas de surprise ici, c'est un classic sur les mini.

Il y aura des morceaux à remplacer derrière aussi.

Curieusement, le côté droit est plus rouillé que le gauche, mais ce n'est pas percé. Un grattage simple sera nécessaire.

Présentation de la nouvelle pièce. Il va y avoir de l'ajustement à faire.

Soit le capot est tordu, ce qui est peu probable puisqu'il était à peu prêt aligné avec l'ancienne baie de pare brise, ou la nouvelle pièce n'est pas cintrée correctement.

Plutôt que de gratter à peu près les recoins des dessous d'ailes, j'ai préférer dépose la face avant et les deux ailes. Environ 2h30 pour dépointer toutes les soudures et tomber les pièces. Je réfléchis à les remplacer à neuf, car la corrosion sur les feuillures de tôles ne sera pas possible à supprimer. Donc réflexion cette semaine, je verrais cela plus tard.

Ce sera bien plus facile dans le cas présent pour mettre les tôles à nues avant traitement.

Soudage de la joue d'aile. Elle se découpe sous l'ancrage de l'amortisseur sur toutes les mini. L'autre côté sera aussi à faire, je mettrais une photo de la découpe.

Grattage de la corrosion à l'endroit ou est soudé le renfort de la face avant. Il restera un brossage à faire pour supprimer toute trace de rouille.

Le MIG NO GAZ qui m'a déjà servi pour la MG

Travaux du troisième weekend. Pas grand chose de neuf, si ce n'est le décapage des joues d'ailes et décrassage du tablier. Un peu de soudure et une commande de pièce de tôlerie à venir.

Ici sur le coté droit, on peu voir les cassures de la tôle et aussi la corrosion installée derrière le support haut d'amortisseur.

Soudage par point pour ne pas trop chauffer la tôle.

Le creux que l'on aperçoit sur la soudure du haut meulée, est le point de soudure d'origine.

Découpe de la zone  percée par la rouille. C'est une partie sous la baie de pare brise et donnant dans l'habitacle.

Gabarit de la pièce à couper en carton, facilité l'ajustement.

Soudure de la pièce

Une fois meulée. Un mastic chargé d'aluminium viendra recouvrir la soudure. La difficulté étant de ne pas passer au travers de la tôle lors du meulage. Donc pour des zones non apparente comme celle-ci, je préfère ne pas trop descendre dans le métal.

Un coup de peinture cuivrée en attendant l'apprêt expoxy.

La mise à nue des tôles. Long et très salissant, j'y ai passé la grosse partie de mon samedi. Je fais ça avec un disque lamelles grain 60. 

Ici on peut voir la découpe de la tôle totalement corrodée derrière le support d'amortisseur. Par chance, le renfort derrière n'est pas percé. Traité au sablage et peinture cuivre. En attendant la découpe d'une tôle qui sera soudée le weekend prochain. La joue d'aile mise à nue.

Ici j'ai supprimé toute trace de résidus bitumeux. Dégraissé la peinture et il me restera à sabler la partie oxydée sur la droite la semaine prochaine (si le temps le permet)

Donc si tout se passe bien, je serais en mesure de passer la couche de protection contre la corrosion le weekend suivant.

En suite je pourrais commencer le remontage des ailes, baie de pare brise, si j'ai reçu la nouvelle face avant.

Au final, ayant trouvé des ailes neuves d'occasion pour un prix correct, je remplace donc l'ensemble ailes/face avant.

Achat d'un nouvel outil pour l'occasion. Outil que je regrette de ne pas avoir eu lorsque j'ai restauré la MG vu la rapidité de l'outil et le nombre de trous que je vais avoir à faire. C'est une poinçonneuse/soyeuse.

Soyage et poinçonnage réalisé en moins de trente secondes et dans un silence total. Les crack sont dus au fait que la tôle est peinte. C'est la peinture qui a craqué.

 

Quatrième weekend de travaux, un peu écourté car demain je ne pourrais pas travailler, du monde à la maison.

Aujourd'hui, travail le plus salissant lors d'une restauration. la suppression de toute corrosion sur les tôles non remplacées. Deux solutions, ponçage pour enlever les couches de peinture et rouille superficielle et pour les endroits non accessible à la machine, le sablage...

Pour le sablage j'utilise un mélange de média en 0.5 mélangé à un tiers environ de bicarbonate de sodium. cela rend moins abrasif et moins dommageable pour les tôles.

Le but est de remonter les ailes, la face avant, tout aligner avec le capot et traiter en apprêt epoxy pour la protection des tôles. une fois cela fait, je pourrais m'attaquer au plancher et bas de caisse.

Début des hostilités contre la corrosion...

C'est long et salissant mais indispensable pour éviter pour un moment le retour de la rouille.

La fiche technique de l'apprêt précise qu'il est possible de le poser sur une ancienne peinture. ce que je ferais, car dans l'ensemble la corrosion est localisé par petit point et juste en surface des tôles. Par exemple les joues d'ailes coté moteur resteront avec les restes d'apprêt d'origine qui seront recouverts par l'epoxy.

En revanche, sablage intégral des joues d'ailes côté passage de roue.

 

Voilà, toute trace de rouille supprimé et les tôles sont dégraissées prêtes à recevoir l'apprêt. L'idéal étant de ne pas laisser les tôles à nu car l'humidité va faire son job et pénétrer la tôle.

Après deux couches avec une attente de quinze minutes entre chaque. Ne surtout pas faire de coulure avec cet apprêt, car c'est une véritable plaie à poncer. 

 

 

La suite samedi prochain. j'attend la face avant qui devrait arriver cette semaine. J'ai déjà les ailes. Pour résumer, l'avant et les dessous de la voiture seront neufs.

WEEKEND 5:

Après deux semaines ou je n'ai pas mis à jour ce blog, me revoilà avec les travaux réalisés depuis.

j'ai donc reçu les nouvelles pièces de tôlerie, face avant, renforts de bas de caisse et quelques bricoles qui me serviront pour plus tard.

J'ai donc entrepris de faire des montages à blanc des éléments de carrosserie adaptables. Le mot adaptable prend ici toute sa dimension, car les ajustements entre les différentes pièces sont très loin d'être parfait.

Pose de joint polyuréthane sur les jonctions de tôle afin d'éviter au mieux la pénétration de l'eau ou tout autres liquides pouvant activer la corrosion. Il sera recouvert par la suite d'un apprêt garnissant avant peinture. J'ai tenté d’innover cette fois ci.

Sur la MG, nous avions fait les joints à la cartouche et lissé au doigt ou la spatule. Cette fois, j'ai acheté le joint en pot à poser à la brosse. Je trouve le rendu plutôt pas mal et c'est assez facile à appliquer, malgré l'épaisseur du produit.

Découpe d'un morceau de tôle pour remplacer la partie corrodée derrière le support d'amortisseur.

Après soudure et meulage de celle-ci. Ici la finition n'est pas importante, c'est sous la voiture et derrière un support. Juste un mastic "alu" pour boucher les petites aspérité de la soudure.

 

Déballage de la nouvelle face avant. L'ancienne était récupérable, mais à la clé, de longues heures de grattage de la rouille installée sans certitude d'absence de retour de cette satanée rouille. Vu le temps investi sur cette Mini, je n'ai pas envie de recommencer dans deux trois ans pour une pièce de ce prix.

Et là commence le très looooong travail d'ajustement de "l'adaptable"...

 

On peut bien se rendre compte qu'il va falloir jouer un peu du maillet...

 

Le côté gauche parait mieux "adapté"...

Rien de rédhibitoire, mais j'aurais passé de longues heures pour ajuster l'ensemble du bloc avant. Pas question de se louper, car une fois soudé, c'est trop tard.

 

 

 

Gros travail sur la baie de pare brise en perspective.

Ou là, clairement, rien en va plus.

Le capot serait il trop long?

Finalement non, de ce côté là c'est mieux. Bon, il est vrai que rien n'est mis en forme pour le moment et les pièces tiennent juste avec de malheureux petits serres joints. 

Ce coup-ci, le véritable travail d'ajustement commence avec les outils nécessaires à la mise en place des éléments entre eux. Là on peut apercevoir la jonction aile/face avant ou j'ai pas mal tiré sur les tôles pour arriver au résultat souhaité.

Il reste encore à ajuster la découpe des bas de montants pour la jonction de la baie de réparation, mais sa place est quasiment définitive.

Quatre pinces étau sont le minimum pour tenir l'aile à la face avant.

Ce qui permet presque une bonne jonction. Lors du soudage par point, il suffira de presser les tôles entre elles à mesure de l'avancée de la soudure.

 

Vérification de l'alignement avec le côté droit. 

L'extension tient seule, ce qui donne un aperçu du galbe réel de l'aile. Il reste un peu de travail sur le bas de la face avant ou l'on peut voir que l’extension d'aile ne porte pas sur la tôle. Pas question de voir ce problème une fois la caisse peinte.

Nouvelle présentation du capot avec les ailes/face avant solidement fixées, mais non soudées pour le moment. 

 

Le galbe capot/baie de pare brise est plus cohérent. Il reste un bon ajustage du dessus d'aile à faire.

 

 

C'est mieux mais pas encore ça. Je m'occuperai du capot plus tard.

Un peu de finition sur le côté droit et il est temps de tout déposer pour protéger les tôles avant soudage.

Après un ponçage des éléments au 240 et un dégraissage, couverture avec deux couches d'apprêt polyuréthane bi-composant. Il devra être recouvert ensuite d'un apprêt garnissant et d'un anti-gravillonage et ne doit pas servir de support pour la peinture.

Les dessous de la baie de pare brise et la face avant traités avant montage. Car il sera impossible une fois soudés, d'atteindre certaines zones de ces pièces. Le dessous de la baie de pare brise sera apprêté avant pose aussi.

 

Tout ce qui peut être protégé doit l'être avant fermeture.

Même traitement qu'à venir pour la baie de pare brise, une couche d'apprêt garnissant. Pour la soudure, après avoir poinçonné les tôles, je vais tracer les points de soudage et poncer l'endroit. Il sera recouvert avant soudure d'une peinture chargé de cuivre, qui à les propriétés d'être anti-corrosion mais surtout d'être soudable.

Le suite le weekend prochain...

 

Weekend 6

Je me suis octroyé mon samedi de repos. Je n'ai donc travaillé sur la voiture que le dimanche.

Ajustage de la baie de pare brise de réparation. Percement des trous pour la soudure et mise en forme au profil des montants d'origine.

Ponçage de l'apprêt phosphatant et pose de la peinture cuivre pour permettre le soudage

Soudage des montants et pointage sur toute la caisse.

Pose d'un premier mastic pour les déformations et lissage des points de soudure.

 

Ce mastic est très dur une fois sec. Il est prévu pour remplacer l'étamage fait autrefois.

Voilà, la baie de pare brise est réparée.

La suite sera la protection par joint polyuréthane des assemblages des ailes.

 

 

 

Voir les commentaires

Réparation du support de tirant moteur supérieur

Publié le par Fabrice

Cette semaine, la mini àa décidé de me donner du travail qui n'était pas prévu et tombant plutôt mal. En effet, en démarrant la voiture un soir pour aller chercher la petite à l'école, grosses secousses anormales au lancement du moteur.

Ouverture du capot, le verdict tombe. Le moteur se balance sur ses supports inférieur, l'ancrage supérieur étant cassé.

 

Mise en commande de l'ensemble de réparation et début du démontage des anciennes pièces.

 

On voit ici que le support en équerre soudé sur la caisse n'est plus, cassé net. Donc meulage des points de soudures pour la dépose de ce qu'il reste.

 

20140521_175402.jpg

 

L'autre partie du support cassé et le support supérieur ou la vis est passée au travers. Pour la dépose du support supérieur, il faut demonter le moteur d'essui glace, le servo d'assistance au freinage, quelques durit, le bloc chauffage pour pouvoir sortir la pièce côté habitacle suportant l'axe de renvoi de la pédale de frein et surtout remplacer un goujon ou le filetage est détruit.

 

20140521 175343f

 

Ici on voit bien le trou béant dans le support supérieur causé par la vis et l'ensemble de la pate inférieur déssoudée de la caisse.

 

20140521_184011f.jpg

 

Les pièces neuves necessaires à la réparation. Il va falloir adapter, car le support supérieur est différent, notamment au niveau du passage de la biellette de renvoi, dans lequel se loge un soufflet d'étanchéité.

 

 

20140524_102631f.jpg

 

Le goujon à remplacer.

 

20140524_102708f.jpg

 

Filetage jusqu'a la tête de vis pour le remplacement du goujon.

20140524_102731f.jpg

 

Mise en place de lu nouveau goujon "home made" en se servant de l'entretoise des silents bloc du tirant, afin de bien brider la vis sur le support avant soudage. Je ne ferais que trois points, le but étant seulement d'empêcher la vis de tourner au serrage.

 

20140524_104926f.jpg

 

20140524_105601f.jpg

 

Modification des deux supports. Sur le supérieur, j'ai découpé le rebord pour laisser la place au support de servo frein, et sur l'inférieur, j'ai fait une découpe de la taille du tuyau hydraulique de l'embrayage, ce qui m'a permis de ne pas ouvrir le circuit et donc, de ne pas refaire une purge.

 

20140524_112804f.jpg

 

Fabrication d'un joint d'étanchéité qui me permettra surtout de repositionner le petit soufflet de la biellette de renvoi de la pédale de frein.

Un vieux bidon de liquide de refroidissement, une dremel avec un disque à découper, et une fraise pour les trous de vis et de passage du renvoi.

 

20140524_113759f.jpg

 

20140524_115121f.jpg

 

Le joint homme made, et un coup de peinture cuivrée avant soudure sur la caisse.

 

20140524_115304f.jpg

 

Mise en peinture des pièces modifiées.

 

20140524 115907f

 

Mise en place de la pièce à souder sur le support supérieur. Le montage est fait avec l'entretoise des silent bloc de tirant de manière à obtenir le bon écartement entre les deux pièces.

 

20140524_122518f.jpg

 

Mise en place sur la voiture.

 

20140524_122717f.jpg

 

Pointage et soudure définitive. J'ai percé le support de six trous diamètre 5,5 pour le souder sur la caisse, et j'ai fait quinze points de soudure sur le dessus et côté, pour finir, un coup de noir mat, n'ayant pas envie d'acheter du vert.

 

20140524_124001f.jpg

 

 

20140524_133325f.jpg

 

 

Voilà, il m'a fallu environ sept heures pour faire ce travail. Je vous passe le remontage des pièces autour de la zone de travail.

 

Une attention particulière à prendre impérativement:

  -Etant donné la proximité du moteur, donc de l'huile, de la pompe à essence, du carburateur, j'ai recouvert l'ensemble d'une toile épaisse ne prenant pas feu, que j'ai aspergé copieusement d'eau avant de découper à la meuleuse et avant le soudage. La présence à proximité d'un extincteur pour hydrocarbure est fortement conseillé (j'en possède deux dans mon sous sol) et regarder fréquemment dans l'habitacle que la peinture interieure ne brûle pas, tout au long du processus de soudure.

  -Penser à débrancher la batterie avant de souder sur une voiture.

  -Prendre ces précautions n'exclu pas un début de feu, donc il est impératif de faire ce boulot dehors et loin de la maison et d'un autre véhicule. On ne sais jamais, perdre la mini c'est très couillon, mais mettre le feu à la maison c'est bien plus embêtant, et pour ce genre de sinistre, vous n'êtes absolument pas assuré, à moins d'être professionnel et d'avoir de ce fait, une garantie spécifique.

 

Le matériel que j'ai utilisé, unne petite meuleuse droite pneumatique, sans elle pas possible de travailler sans tomber le moteur. Un mig pour la soudure, peu de place pour passer la torche entre le bloc et la pièce à souder, mais ça le fait quand même. Une dremel pour la découpe du plastique, en se servant du vieux support comme gabarit, et un bon jeu de clé.

 

Voilà, j'epère que ce modeste reportage, pourra servir à d'autres.


 

 

 


Voir les commentaires

Installation d'un système d'allumage électronique programmable sur ma MG B

Publié le par Fabrice

 

 

Cela faisait un petit moment que je me posais la question de l'évolution vers un allumage électronique en supprimant les vis platinées et condensateur, très souvent source de panne.

Il faut bien se rendre à l'évidence, les refabrications sont ce qu'elles sont mais, ont au moins le mérite d'être disponibles et nous permettent surtout de continuer à faire rouler nos vieilles Anglaises.

 

 

J'ai donc franchi le pas dernièrement, en m'arrêtant sur le choix des produits ALDON, leur réputation dans le domaine des pièces spécifiques pour l'amélioration des moteurs n'étant plus à faire.

 

J'avais longuement hésité à reprendre un distributeur neuf modifié, et dans le cas présent, il suffit de le poser, de régler le static timing et c'est fini. Mais étant une personne aimant se compliquer un peu l'existence, j'ai préféré une évolution plus radicale.

 

 

Voici donc le module programmable AMETHYST. Dans le paquet reçu, il y a absolument tout le necessaire pour l'installation dans la voiture, peut être acheter quelques bouts de fils pour rallonger le faisceau existant, selon l'endroit ou on l'installe.

 

 

 


20131103 145519F

 

 

Sur la photo ci-dessus, est présent le module Amethyst avec son faisceau de câble, la buse de dépression intégrée, le cordon USB pour le raccordement au PC, la clé USB sur laquelle est fourni le soft de gestion, ainsi qu'un sachet d'accessoires permettant la totale installation du produit dans la voiture.

 

Concernant l'installation du module programmable, il est conseillé et préférable de l'installer dans un endroit à l'abris de la chaleur et d'éventuelles projections de liquide (eau, liquide de refroidissement).

Il sera donc installé derrière la console de l'autoradio, je rallongerai le faisceau électrique.

 

Pour ce faire, je vais utiliser de la gaine tressée, de la gaine thermo rétractable et des connecteurs étanches. Bon d'accord, cela dénote un peu avec l'âge de la voiture, mais l'amélioration ne peut qu'être bénéfique.

 

 

 


20140116 171258F

 

Ci dessus, un peu de fils correspondants aux couleurs du faisceau de l'Amethyst, les connecteurs étanches, des relais, ils seront pour le relayage des phares, le carton de gaine tressée et un set de gaine thermorétractable.


 

 


20140117 204710F

La prolongation du faisceau par épissure, soudure et isolation avec de la gaine thermo.

 

 

 


20140117 232842F

 

Le faisceau préparé, et prêt à être monté dans la voiture. Le connecteur n'est pas posé afin de permettre le passage des cables par le passe câble entre l'habitacle et le compartiment moteur. Sur cette photo, vous pouvez voir le module optique de mon ancien système d'allumage, mais au final j'ai changé de capteur pour un Ignitor toujours de chez Aldon.

 

 

 

 


20140118 102803F

 

Le faisceau est arrivé dans le compartiement moteur. Il est divisé en trois parties, une allant vers l'allumeur, une autre vers la boite à fusibles et la masse et en trois vers la bobine. Le connecteur étanche est enfin installé.

 

                                            

 

La deuxième partie concerne donc l'aspect commande dans le distributeur. Pour cette tâche, ce sera un Adlon Ignitor qui n'est autre qu'un capteur dit à effet hall. Un petit boitier noir dans lequel est glissé une partie électronique et une pièce se fixant sur le rotor de l'allumeur possédant quatre petits aimants donnant l'information du point d'allumage.

 

Une précision au sujet de l'ignitor, il peut à lui seul, remplacer les vis et condensateur en se branchant directement sur la bobine, ce pour quoi, il est prévu initialement.

Je l'utiliserais pour ma part, comme capteur donnant l'information du point d'allumage à l'amethyst.

 

 

 


20140211 104153

 

Cet équipement est aussi connu sous le nom de "Pertronix Ignitor" et est de fabrication Américaine.

 

 

 

 


20140211 104412

 

Au déballage, on retrouve le module électronique remplaçant vis et condensateur, le cylindre possédant la partie magnétique et un sachet comportant les vis de fixation et un collier pour fixer le cablâge dans l'allumeur.

 

 

 

 


20140212 193154

 

Sur cette photo, l'ensemble vis et condensateur sont déposés de la platine, et seront ensachés pour aller dans le coffre de la voiture. Le montage étant totalement réversible, en cas de panne d'un des deux modules, il est intéressant de pouvoir se dépanner au bord de la route.

 

 

 

 


20140213 103119

 

L'Amethyst gérant à la fois l'avance centrifuge et la dépression, j'ai immobilisé la platine mobile supportant les rupteurs, en perçant simplement un trou et en mettant une vis, celle que l'ont voit en haut de la photo.

 

 

 

 


20140213 110440

 

J'ai aussi supprimé les masselotes de l'avance centrifuge devenues intutiles et bloqué le mécanisme d'avance avec des fils de cuivre de 1,5². Pour assurer l'ensemble, j'ai soudé avec un peu d'étaim les torsades des fils de cuivre. Cela remplace avantageusement, les brides caoutchouc livrées avec l'Amethyst. Elles suffisent pourtant, mais le caoutchouc vieilli pas très bien avec la chaleur.

 

 

 


20140213 110846

 

La mise en place de l'ensemble dans le corps de l'allumeur.

 

 

 


20140213 110941

 

La pose du rotor et la vérification du jeu, avec le mica fourni. Sur ce type d'allumeur, LUCAS 25D4, le réglage de ce jeu n'est pas possible, mais il est toujours bon de verifier son montage.

 

 

 

 


20140213 111644

 

Contrôler avec un ohmmètre, que la continuité de la masse est bonne. A mesurer entre le corps métallique du capteur et le corps en aluminium du distributeur. Ici, 0.1 ohm, donc c'est bon.

Il faut aussi penser à boucher les trous laissés par le démontage de la capsule de dépression. Cela évitera que des saletés viennent se coller dans le distributeur.

 

 

 

 


20140213 122330

 

Le distributeur avec son faisceau gainé, le connecteur étanche, prêt à être remonté.

 

 

 

 


20140213 123315

 

Installé définitivement dans le compartiment moteur.

 



 

Voilà, il restera à caler le static timing et de paramétrer l'Amethyst.

 

Voir les commentaires

Reconstruction moteur

Publié le par Fabrice

 

 


Nous somme donc en février 2014, je me remet à la tâche d'alimenter ce blog, des derniers travaux effectués sur cette MG B depuis juillet de l'année dernière. Comme écrit précédement, la boite 4OD étant révisée, il me restait à l'installer dans la voiture.
J'ai donc entrepris la dépose de la mécanique pour venir monter cette boite de vitesse.
Le moteur et la boite sortis de la voiture.

20130722_164221.jpg

Etant un peu inquiet d'un bruit métallique du côté du moteur, sans pour autant trouver la réelle provenance, j'ai donc vidangé le bloc et examiné l'huile, en la pasasnt au travers d'un filtre (vieux bas), pour voir les éventuels morceaux que j'espérais ne pas trouver. En fait, j'ai retrouvé trois quatre morceaux de métal blanc de moins d'un millimètre ne me laissant pas le choix. Je suis bon pour ouvrir.
J'ai d'abord déposé le carter du bas moteur dans l'idée d'examiner l'atat des coussinets de bielles.
Le coussinets de la bielle quatre sont plus qu'usés. les autres le sont beaucoup moins, mais sont bon à remplacer. Le bruit venait donc d'un début de 'bielle". J'ai ouvert avant qu'il ne soit trop tard. Le moteur totalisait environ 60000km depuis sa "réfection" par l'ancien propriétaire, ou plutôt le garage qui lui avait vendu.
La 4
Bielle 4
Les 1, 2 et 3 sont dans le même état que celle-ci:

Bielle 3
L'état de trois des cinq paliers du bloc.

20130724 15373620130724 153752
20130724 153800

L'ensemble des pièces constituant un bas moteur de MG B. Il ne manque que la pompe à huile sur cette photo.

Equipage-mobile.jpg
Sur cette photo, on peut voir la casse des segment coupe feu des cylindres 2 et 4. Alors, soit ils ont cassé en les sortant, dû à l'usure du cylindre, ou étaient cassé depuis quelques temps. Je pense pour la deuxième solution, dans la mesure ou le morceaux retrouvés dans l'huile, ressemblent à des bouts de segments, mais aussi à la couleur des pistons, juste au dessus des premiers segments. Ils sont noircis, là ou les segments étaient cassés.

20130724_134812F.jpg

J'ai pris les mesures du vilebrequin une fois tout nettoyé, histoire de voir ce que j'allais faire. Remonter celui là, ou en trouver un autre. Il est en côte standard sur les tourillon et en +40 sur les manetons de bielles.
Trois solutions, après mesures:
 1- je repars tel que, en standard et +40,
 2- Je rectifie en +10 et +60
 3- je trouve un nouveau vilebrequin en 10/10.
Je choisirai la troisième solution, histoire de repartir sur une base correcte.
Le nouveau vilebrequin en 10/10, acheté chez un revendeur de la région parisienne:

20130923_175724.jpg
N'ayant pas trop prévu de me reconstruire un moteur en totalité, il va falloir que je me constitue un petit budget pour cela.
Je ne vais que conserver le bloc et les quatre bielles et bien sur la culasse, que j'avais refait il y a quelques temps, le restant sera remplacé à neuf.
Donc, nouveaux pistons, arbre à cames, poussoirs, pompe à huile, vilebrequin, ressort de soupapes etc...
La nouvelle pompe à huile grand débit. Ici avant sa modification.

20131116_145011.jpg
Photo suivante, les ports sont modifiés pour augmenter le débit d'huile.

20131116_152830.jpg
La pompe remontée avec la crépine. Il ne faudra pas oublier, lors du remontage de la pompe sur le bloc, de la remplir avec de l'huile moteur pour favoriser l'amorçage lors des premiers tours.

20131116_154242.jpg

La suite, je m'occupe des bielles.  Une des bielles pesant 849 grammes et les autres entre 861 et 864, j'ai du gratter. Suppression de la nervure le long de la bielle, mais le poids à été gagné sur les contrepoids de têtes et pieds. Il m'en reste deux à faire, je ferais ça demain. Je n'ai aps cherché à équilibrer les têtes et pieds séparément. J'ai simplement fait en sorte que les quatre soient au même poids, au gramme près.
Ici, deux sont faites. ce travail est obtenu à la lime. Le temps à passer est très long, car pour chaque gramme à enlever, les coups de lime sont importants.

Bielles 2
Bielles 1
Les quatre termninées.

20131103 145519
20131103 145607
ll est important, après avoir limé le métal, de le polir. cela évitera le risque d'avoir des micros fissures lors du fonctionnement du moteur qui déboucherait sur un inévitable bris de la bielle. Donc ponçage, toujours à la main et finition à la dremel avec des roues à grain de 80. c'est très long, mais il faut passer par là. Ne pas ceder à la tentation de la disqueuse. Si vous le faite, vous aller chauffer le métal et le recuire.

Je suis donc arrivé à 845 grammes pour chacune d'entre elles, et un total de 1295 grammes pour l'ensemble bielle/piston/pin.
J'ai appairé ensuite chaque bielle et pistons/segment/axe, afin de les confier au rectifieur pour le montage des pistons sur les bielles qui se fait par pressage.


Une partie des dernières pièces achetées. Deux des quatre pistons, les nouveaux poussoirs 40 grammes. ce sont des poussoirs ISKYDERIAN prévus pour les moteurs de mini. Ils sont plus legers et possèdent un trou de graissage latéral que n'ont pas les poussoir d'origine, un nouvel arbre à came et un kit de distribution duplex.
D'origine sur ce 18V la distribution est en simplex, et le fait de monter un arbre à came plus pointu, des ressorts de soupapes doubles et plus durs, cette distribution duplex s'imposait.

dernieres-pieces.jpg

Les doubles ressorts "uprated" comme disent les Anglais, montés avec des "valves cap" en aluminium, plus legers que ceux d'origine en acier. De plus, ils sont obligatoires dans la mesure ou les origines, ne peuvent supporter les double ressorts.

20131117_154022.jpg
20131117_144709.jpg
Une des choses des plus importantes lors d'une reconstruction moteur, est le dégraissage total du bloc. Il faut absolument ôter toute trace d'huile, de goudron et autres saletés s'étant accumulées au fil des années. Il faut curer les galeries d'huile, enlever les pastilles de déssablage pour gratter les éventuels dépots de sable ou de rouille, afin d'obtenir un refroidissement correct. C'est très long et sale, mais il ne faut pas faire l'impasse sur ce travail, garant d'une longévité future.
Ici le bloc totalement dégraissé manuellement. Il sera de nouveau lavé en machine, à la fin du réalésage à l'atelier de rectification. J'ai utilisé des petits goupillons avec des rallonges pour le nettoyage des galeries, et un nettoyeur haute pression avec des solvants. L'idéal, est de faire "sauter" les bouchons de galerie de part et d'autre du bloc pour un nettoyage parfait. Les bouchons seront pressés dans le bloc en les ayant mis au préalable, au congélateur durant une nuit. Ils seront de ce fait contractés par le froid et rentreront plus facilement dans leurs logements.

20130725_122900.jpg

 

 


 

Le remplacement des bagues des paliers d'arbre à cames. Je me suis fait usiner par un copain, des pièces permettant de sortir les anciennes bagues, et bien sur remonter les nouvelles. Si après repose des neuves, l'arbre à cames tourne librement sans aucun points durs, il n'est pas utilile de procéder à un alésage en ligne. Ce fût mon cas, ce qui me fera gagner environ 200e sur la facture de rectification.

 

Les outils de dépose/repose.


Manchons-depose-bagues-AAC.jpg

 

Une bague prête à être montée.

 

Montage bagues 3

Présentée sur le bloc avec la tige filetée traversant le bloc.

Montage bagues 2Montage bagues 1
J'ai utilisé de vielles jumelles de lames de ressorts pour faire un appui de l'autre côté du bloc. Pour sortir les vielles bagues, j'ai mis en tension le montage et appliqué quelques coups de maillet nylon pour décoller la bague du bloc. une fois fait, il suffit de visser l'écrou, cela sort tout seul.
Pour le remontage, bien faire attention en insérant la tige filetée, de ne pas abîmer les nouvelles bagues déjà en place.

Montage bagues 4

 

Montage-bagues-1-copie-1.jpg
Le remontage pour essai de rotation du nouveau vilebrequin, avant l'envoi du bloc à l'atelier de rectification.

Nouveau-Vilo-dans-le-bloc.jpg
Ca tourne libre mais pas assez. Nous reverrons les jeux à l'atelier, avec mesure notamment du jeux latéral, qui n'était pas assez "grand".
Après un passage des cales de jeu latéral à la rectifieuse et contrôle au comparateur, le vilebrequin tourne tout seul en le lançant à la main.
Il n'y a plus qu'à réaléser le bloc, équilibrer l'ensemble vilebrequin, poulie damper et volant moteur en dynamique et tout remonter.

Repose du premier piston bielle par le motoriste.

20131108_162501.jpg
Remontage de la bielle sur son maneton.

20131108 162228
Les quatre sont dans le bloc et de retour dans mon sous sol.

20131108 211333
Côté carter. Le bloc sanglé prêt à être installé sur son support de travail.

20131108 211320
Un fût réalésé fraichement. On apperçoit le léger chanfrein sur le haut du cylindre pour deux raisons. la première est de limiter les points chauds, par l'accumulation de calamine, et la deuxième, celà permet de descendre plus facilement les pistons/segments dans les cylindres, avec un rsique moindre, d'un bris de segment au montage.

20131108 211423
Montage du nouveau "spigot bearing". Pièce à immerger dans l'huile moteur durant 48/72 heures avant sont montage. Cela permettra un bon graissage sur les premiers tours moteur. Avant son montage dans le vilebrequin, essuyer le surplus d'huile, il ne faudrait pas que de l'huile parte sur le disque d'embrayage.

20131109 090000
Etanchéité du plan de joints de la "black plate" au loctite 518 sur les deux faces du joint. La pièce en plastique noire est livrée avec le joint spi arrière. Elle sert à deux choses, le centrage du joint sur le vilebrequin et d'éviter le déchirement de la lèvre au montage.

20131109 102549
Le joint en place.

20131109 102909
Black plate remontée et serrée au couple, et bloc positionné sur le support moteur.

20131109 113253





 

 

 

 


Voir les commentaires

Modifications mécaniques

Publié le par Fabrice

 

 L'histoire n'est donc pas finie. Depuis la fin de cette restauration, j'ai encore amélioré, un peu, le fonctionnement de cette voiture.

 

Au long des différents trajets effectués à son bord, je n'étais pas tout à fait satisfait du fonctionnement du moteur.

Ralenti cahotique, sans pour autant être gênant et surtout des démarrages à chaud plus qu'aléatoires. Jusqu'au  jour ou elle a décidé de me laisser en panne pour plus d'un quart d'heure, le temps en fait que la température moteur retombe de quelques degrés.

 

Un peu frustré de cet abandon que j'ai qualifié de lâche de sa part, en effet, ce jour là, très mal garé pour aller déposer des chèques à mon agence, elle a refuser de repartir. j'ai donc eu le droit à tous les non d'oiseaux et moqueries des passants, dont je vous laisse imaginer la teneur, rapport à l'âge de la voiture.J'ai même eu un type, très gentil d'ailleurs, qui est venu me conseiller de mettre la voiture à plat, car je ne devait plus avoir assez d'essence (elle était )à cheval sur le trottoir, donc penchée...)

 

Bref, après remise en route et retour à la maison, j'ai donc décidé de déculasser afin de voir pourquoi cette chauffe modérée avec refus de repartir.

 

 

Sur cette première photo, on peut voir la blancheur, trop, des soupapes d'échappement et des résidus blancs autour de celles des cylindres deux et trois.

 

 

_DSC0002.JPG

 

 

Sur la suivante, on peut voir l'état du joint de culasse cuivre. Autour des cylindres un et deux, il y a quelques traces de "feu", montrant les défauts d'étanchéité du plan de joint._DSC0015.JPG

 

Après avoir regardé de plus près la culasse, on peut voir que les sièges des soupapes d'échappement ne sont pas au mieux de leur forme.

_DSC0021.JPG

_DSC0022.JPG

 

Après ce constat, dépose des huit soupapes afin de voir plus dans le détail l'étendue des dégâts.

Là on voit nettement que les sièges n'existent plus. Ils ont été rongés, visiblement par la rouille.

L'atelier de rectification me confirmera plus tard cette thèse. La récession due à l'utilisation d'essence sans plomb, ne fait pas les mêmes dégâts.

Le fait que ce moteur soit resté près de deux ans sans tourner et, surtout dans un lieu non chauffé et très certainement humide, a favorisé ce phénomène. Malgré tout, ce moteur ayant sans doute l'âge de la voiture, ce n'est pas encore dramatique.

_DSC0024.JPG

_DSC0025.JPG

 

 

Une vue du bloc avant le nettoyage du plan de joint et du remplacement des goujons de culasse.

DSC0011

 

 

Quelques semaines plus tard...

 

J'ai reçu mes pièces neuves d'Anglerre, huit soupapes, huit guides, huit ressorts ainsi que les clips.

 

Dépôt des pièces chez le rectifieur, qui au préalable avait éprouvé la culasse. Inutile en effet, de remonter du neuf si la culasse n'avait pas été viable.

 

De nouveau quelques semaines plus tard, l'atelier ayant énormément de travail, ma culasse attendra un peu..

 

Retour de la culasse de l'atelier de rectification. Remplacement des huit soupapes, des guides, des ressorts mais surtout pose d'insert et refection des sièges de soupapes. Ces inserts vont permettre de rouler sereinement au sans plomb et redonner une étanchéité parfaite au soupapes, qui au passage ont eu leurs portées taillées en trois angles, ce qui favorisera un peu... le flux des gaz.

 

 

Sur la rectification du plan de joint, un seul passage a suffit, il y avait moins d'un dixième de voile sur la surface. Un bon point qui indique que la culasse n'a pas énormément chauffé.

 

J'en ai aussi profité pour procéder au remplacement de la vanne de chauffage qui me faisait des siennes, elle était bouché. L'hiver sans chauffage est un cas de divorce...

 

DSCF3109.jpg

 

Les ressorts tout neufs

DSCF3111.jpg

 

Au démontage de la rampe de culbuteur, je me suis apperçu que l'axe était usé, ce qui avait pour effet de laisser passer trop d'huile, donc une légère perte en pression, bien qu'en haut du moteur ce n'est pas le plus gênant.

j'ai donc commandé une rampe complète pour le remontage.

 

C'est en fait une rampe rénovée, remplacement des bagues des basculeurs et usinage d'un axe neuf. DSCF3144.jpg

DSCF3145.jpg

 

Nettoyage du plan de joint du bloc, pose de goujons neufs et d'un joint de culasse composite de marque PAYEN. Ce joint possède des inserts au niveau des passages d'huile et d'eau donnant une meilleure étanchéité.

DSCF3108.jpg

 

Le joint de culasse PAYEN

DSCF3112.jpg

 

Après avoir tout remonté, le moteur fonctionne beaucoup mieux, le ralenti est très stable et plus de problème de montée en température me laissant en panne sur le bord de la route et plus un raté de fonctionnement.

 

Vous verrez plus tard que la joie sera de très courte durée...

 

Une petite mise à jour de ce blog, qui je l'avoue, a été délaissé quelque peu.

Donc, ma joie fut en effet de très très courte durée, car après moins de trente kilomètres, j'ai eu de nouveaux problèmes de fonctionnement sur trois cylindres.

Après plusieurs essais, la voiture fonctionant de manière normal après avoir refroidi, j'ai enfin pu diagnostiquer la panne.

Sur la photo ci-après, on peut voir, après la dépose du couvre culasse, qu'une soupape ne remonte plus, la quatrième en partant de la droite, soit l'échappement du cylindre deux...

Je suis donc bon pour une nouvelle dépose de la culasse afin de voir dans quel état est cette culasse sortant de l'atelier de rectification.

DSCF3117.jpg

Après démontage, il s'avère que deux soupapes sont grippées dans leurs guides. Je suis un peu agacé, dans la mesure ou toute les pièces de cette culasse sont neuve.

 

DSC0002

 

Me voilà donc de retour chez le rectifieur pour quelques explications. Après examen de la culasse, le verdict tombe, guide pas alésés, sièges mal montés, en un mot un boulot bâclé, tout en restant poli...

La culasse sera donc reprise dans son intégralité, bien entendu sans aucune contre partie financière de ma part, quoi que, j'ai quand même supporté l'achat de deux nouvelles soupapes, les guides et la pochette de joint.

J'ai donc négocié une remise sur la future refection du moteur que j'envisagais de faire.

 

Après tout ce temps, et quelques kilomètres à son volant, j'ai donc entrepris de trouver et monter une boite quatre synchros avec overdrive.

Achat de cette boite en fin d'année dernière et mise sur l'établi pour sa révision. La voici dans son jus.


F20121206_163853.jpg

 

La boite une fois dégraissée avant son démontage.

 

F20121206_182904.jpg

 

Début de la révision, dépose de l'overdrive sur l'établi.

 

20130224_124110.jpg

 

La boite sans l'overdrive posée sur la servante.

 

20130225_180613.jpg

 

Début de la révision de l'overdrive. Ouverture du carter du train épicycloïdal, en fait le mécanisme permettant la surmultiplication de la rotation de l'arbre de sortie de boite.

 

20130224_130759.jpg

 

Le train de pignon avec les satelittes séparés.

 

20130224_130824.jpg

 

Le cône d'embrayage sorti du carter recevant l'électro-hydraulique de commande, en haut à gauche de la photo.

 

20130224_131402.jpg

 

Sur la photo suivante, on peut voir les différents organes constituant la partie hydraulique.

Sur le haut du carter on apperçoit la came de la pompe à huile, à gauche de haut en bas, les pièces constituant le solénoïde, organe de commande électrique permettant la mise en fonction de l'overdrive.

En bas à gauche les deux pistons de poussée, commandés par la pression hydraulique générée par la pompe, permettant l'enclenchement mécanique de l'overdrive.

Tous les joints d'huile sont donc remplacés, et un nettoyage complet des carters et pièces est effectué.

 

20130224_134527.jpg

 

Les dix neuf pièces constituant la roue libre.

 

20130224_165240.jpg

 

La roue libre remontée et prête à retrouver sa place. J'ai piqué un chouchou à ma fille, ne trouvant pas d'élastique dans la maison.

 

20130224_181552.jpg

 

Et le début du remontage après nettoyage et remplacement des pièces d'usure, notament le joint spi de sortie d'overdrive.

 

20130224_172647.jpg

 

20130224_183816.jpg

 

Fermeture des deux demi carters. L'OD est presque terminé et va rejoindre l'étagère le temps de la révision de la boite de vitesse.

 

20130224_184117.jpg

 

La suite dans quelques temps, la boite étant en phase de remontage.

 

Me revoilà avec les derniers travaux sur cette boite de vitesse. Je l'ai donc démontée entièrement, pour procéder au remplacement des roulements et divers joints.

La boite arrivée sur la servante. L'overdrive étant déjà déposé et révisé.

 

20130225_180613-copie-1.jpg

 

La dépose du carter du pignon à queue

 

20130225_181509.jpg

 

Dépose du carter de sélection.

 

20130225_184236.jpg

 

Dépose de la fourchette de marche arrière. ATTENTION, lors du retrait des fourchettes, si vous n'avez pas déposé les ressorts de verouillage, penser à récupérer les trois billes dans le fond du carter.

 

20130225_185830.jpg

 

Dépose des fourchette de 3e et 4e et ensuite de celle de la 1e et 2e vitesse.

 

20130225_190200.jpg

 

20130225_190008.jpg

 

Les trois axes et fourchettes de sélection sortis du carter.

 

20130225_190412.jpg

 

Retrait de l'axe et du train de marche arrière.

 

20130225_191115.jpg

 

Sortie de l'axe de l'arbre secondaire. Laisser l'arbre au fond du carter, il sera déposé lors du retrait de l'arbre primaire et du pignon à queue.

 

20130225_191450.jpg

 

Retrait de l'arbre primaire. Il sort sans trop d'effort par l'arrière du carter. En dessous, l'arbre sorti du carter.

 

20130225_191707.jpg

 

20130225_191802.jpg

 

Le pignon à queue et l'arbre secondaire enfin sortis. Ne pas perdre les cales de l'arbre secondaire. Les roulements cage de l'arbre secondaire seront remplacés.

 

20130225_192704.jpg

 

Voilà, la boite est totalement démontée, reste à tout nettoyer, remplacer les roulements, les joints et procéder à son remontage.

 

Le roulement du pignon à queue remplacé ainsi que le roulement cage, dans lequel l'arbre primaire vient se loger.

Il faut une clé de 20" 1/2 soit environ du 53/54 pour la dépose du gros écrou, après avoir tordu la rondelle d'arrêt. La sortie et la repose du roulement doit se faire à l'aide d'une presse. Chose que j'ai faite dans un atelier poids lourd.

 

20130316_153225.jpg

 

L'ordre du remontage, l'arbre secondaire à poser au fond du carter sans oublier les cales à glisser avec. Ensuite la repose du pignon à queue, la repose de l'arbre primaire, de celui de marche arrière et pour terminer les fourchettes de sélection. Une fois les fourchettes en place, remettre les billes, les ressorts, les plongeurs et les vis des verouillages de rapports.

 

20130316_161605.jpg

 

20130316_162310.jpg

 

20130316_162351.jpg

 

Sens de la demi-lune de l'axe de l'arbre secondaire, à respecter afin de pouvoir refermer le carter du pignon à queue.

 

20130316_162816.jpg

 

Remise en place de l'axe de marche arrière, et non représenté sur la photo, de la vis de verrouillage et son contre écrou.

 

20130316_163115.jpg

 

Les trois fourchettes de sélection remise dans le carter. Dans le bas du carter on apperçoit la vis de blocage de l'arbre de marche arrière.

 

20130316_165808.jpg

 

Etanchéité au Loctite 518 et joint papier.

 

20130316_173902.jpg

 

Carter de sélection reposé. Il manque encore l'axe de sélection et le verrouillage empêchant le passage de deux rapports en même temps.

 

20130316_183008.jpg

 

Je ne repose pas l'overdrive maintenant, il me manque les deux joints toriques des pistons de poussée que je commanderai en même temps que les dernières pièces moteur.

Il va falloir attendre un peu, je dois sortir moteur boite, ouvrir le moteur, apporter le bloc chez le rectifieur afin de connaître la taille des pistons et celle des coussinets de vilebrequin.

 

A bientôt pour la suite.

 

Un peu de nouveauté. Le moteur est toujours dans la voiture, je n'ai pas le temps de le faire, donc je reporte de quelques semaines/mois.

J'ai quand même rajouté un petit plus juste pour le plaisir des oreilles et un rendement moteur quelque peu amélioré.

Donc commande d'une ligne complète chez Maniflow et pose hier soir de celle-ci.

Les différentes parties, le collecteur, les tubes remplaçant le silencieux intermédiaire et pour finir le silencieux absorption.

20130430 170050

 

20130430_170140.jpg

 

La dépose de l'ancien collecteur en fonte.

 

20130430_175709.jpg

 

Pose du nouveau avec un joint neuf.

 

20130430_181451.jpg

 

Confection de cales pour les rondelles de brides des deux collecteurs. Malgré le soin apporté, un écart de 13 centièmes existe entre les deux.

Donc découpe de demies rondelles et appliquées sur les origines simplement à l'araldite pour la tenue lors du montage. Ensuite le serrage fera le reste.

 

20130430_183648.jpg

 

Le reste pas besoin de photo, c'est un tube et un silencieux.

 

La sonorité est bien plus grave mais pas trop bruyante pour autant, en tout cas pour des vitesses dirons nous... normales.

 

Une petite vidéo pour l'idée de la sonorité. Cela reste pris avec un mobile donc...

 


 

Voir les commentaires

Dernière ligne droite

Publié le par Fabrice

Et bien voilà, samedi 20 décembre 2008, la dernière journée de travail de cette restauration. Au programme, traitement des corps creux à la cire, réglage des phares et rangement de l'atelier.

Les photos suivantes seront les dernières de cette restauration. Près d'une année sera passée pour arriver à ce résultat qui est au dessus de ce que je m'étais imaginé au départ de cette aventure.

Je reconnais que cette après midi à été assez bizarre, remise en caisse de la vielle boulonnerie, débarras des cartons vides, nettoyage de l'atelier, sortie de la voiture et  rangement des derniers outils.
Une page de notre vie vient de se tourner. Je suis partagé entre la joie d'avoir "enfin" terminé l'auto et l'amertume d'une superbe aventure humaine qui s'achève, partagée avec Philippe sans qui, tout cela n'aurait été possible. Je n'oublie pas non plus Virginie qui a bien sur patienté des soirées entières  et week-end ainsi que ma compagne m'ayant guère vu ces derniers mois.
Je ne pourrais terminer ce blog sans remercier ceux qui ont pu passer nous donner un coup de main, ou nous gratifier de félicitations sur l'avancement des travaux.

Voici donc les dernières photos de cette aventure. Je continuerai sans doute plus tard, à alimenter ce blog de photos prise ça et là, lors de balades au volant de la B.

Au garage prise sur le pont avant le traitement des corps creux.



Les dessous de la belle.














Et des photos de l'extérieur, sans le soleil qui n'a malheureusement pas daigné faire son apparition.

PS: Yves, tu pourras remarquer qu'elle n'a plus l'air d'une RB. Après un peu de roulage, les trains se sont remis en place.



















La fin est donc arrivée, la fin d'une restauration et le début d'une nouvelle vie pour cette B de 73 et son propriétaire.

J'aimerai remercier une dernière fois, Philippe et sa femme Virginie pour leur gentillesse et patience. Philippe  en particulier  pour le magnifique, que dis-je, le sublime travail d'orfêvre qu'il a pu faire sur cette B, rien n'a été négligé ou bâclé.  Pour l'anecdote, c'est à lui qu'est revenu l'honneur de la présenter à l'expert qui n'a pu que le féliciter sur la qualité du travail effectué.
Une grosse bise à Virginie pour les bons petits plats cuisinés avec amour pour les samedi de labeur, sans oublier bien sur l'examen de chaque étape de la restauration. Son avis à toujours été respecté, ou devrais-je dire ses ordres concernant des détails qui purent la choquer. Un oeil extérieur est toujours le bienvenu lorsque nous avions la tête dans le guidon. Merci à elle.

Merci aussi à Bruno, Pascal, Thierry, Daniel, Guy, Didier, Stephan qui ont pu aider à différents moments de cette restauration. Bruno se rappellera sans doute de l'épisode du pare-brise et les autres du poids d'une B lorsqu'on la met sur le dos. Merci à eux pour leur participation bien utile.

Je terminerai en remerciant mes enfants qui m'ont suivi pas mal de weekend et participé au ponçage du train avant et au tri des pièces détachées lors du remontage et d'autres petites bricoles.

En fait, j'ai embauché toutes les personnes qui avaient le "malheur" de rentrer dans l'atelier en visiteur, et ressortaient les mains noires.

Je souhaite adresser un clin d'oeil à celui par qui tout à commencé, Fabrice, qui m'a fait découvrir, il n'y a pas si longtemps,  les anciennes de course et m'a donner  ainsi le virus des anciennes.

Un peu de PUB aussi pour le Garage Ruphil de Bois Colombes et en particulier à Claude, qui m'a évité d'acheter un tas de rouille très bien maquillé à un vendeur peu scrupuleux. Les dessous n'étaient pas du niveau des dessus. Merci aussi à Rémi pour les conseils avisés lors de ma recherche de la perle rare.

Je dédie particulièrement cette restauration à l'ancien propriétaire l'ayant conservé cette B durant 17 ans. Il m'avait réservé un accueil chaleureux lors de ma venue pour la transaction.
Jean-Luc, si un jour vous êtes de passage dans la région de  Compiègne, se sera avec plaisir que je vous présenterai votre "ancienne" B dans sa nouvelle jeunesse et vous convierais à faire un tour à son bord.

Aux habitués de ce blog, j'ai été ravi de partager avec vous cette restauration et j'espère que ce plaisir aura été partagé.

A bientôt sur nos routes,

Octogonalement, Fabrice.

.

Voir les commentaires

Etape finale du remontage.

Publié le par Fabrice

Pas beaucoup de chose de faite cette semaine, pour ma part. Philippe s'est occupé à poncer, apprêter et repeindre les jantes rostyle dans la teinte d'origine. Inutile de préciser que le nettoyage, pnçage a été fait totalement à la main. Aucune machine ne peut ponçer ce genre de surface. Donc chapeau à la patience et au coup de main de Philippe qui m'a ressorti des jantes plus neuves que neuves.

Les pneus on été déchaussés, les interieurs ponçés et repeint eux aussi. Nouvelle valves, de nouveaux pneus plus performant seront certainement posés l'année prochaine.

La roue de secours en attente d'un pneu neuf. Celui monté dessus étant hs.




Les autres jantes ont eu le même traitement. Ici la repose des roues sur la voiture qui est encore sur cales. Des écrous de roues neufs pour parfaire le montage.



Après la repose sur le sol et le nettoyage des pneus.




Repose de rails de sièges neufs, les anciens étaient un peu "moisis".



Remise en place du siège conducteur. Tirage de cheveux, pour ce qui nous reste en tout cas, pour remettre en place les fixations de sièges sur le planchers.


La voilà dehors histoire de voir ce que cela donne au soleil de picardie. Elle n'est pas parfaite car recouverte d'un beau film de poussière.





Un an et demi sépare les deux photos suivantes.





Détail d'une roue. La teinte est une teinte Française, le gris titane des Espace. Le noir est une base mat et le tout recouvert d'un vernis satin et non brillant.



J'ai remplacé la durit de pompe à eau/radiateur qu'il me restait à faire. Nous avons découvert une fuite sur le raccord du radiateur d'huile côté bloc qui m'oblige à la remplacer. Sinon le moteur est terminé, l'allumage calé. Restera les carbus à règler et les freins arrière pour aller effectuer la première ballade de validation mécanique. Une vingtaine de kilomètres je pense. Ensuite retour à l'atelier pour une vérification générale.
Le passage chez l'expert prévue d'ici 15 jours. Une fois cette visite, le B retrouvera son garage et surtout la route.



L'intérieur avec le siège passager manquant. La sellerie n'a pas été remplacée, mais le sera sans doute l'année prochaine.
L'intérieur il y a 18 mois


Aujourd'hui


L'intérieur de la malle. je possède le kit de moquette que l'ancien propriétaire m'a laissé. Il ne l'avait pas monté. Il sera posé après l'expertise.


La revoici dans l'atelier et "rebâchée" pour la semaine.


Voilà, l'aventure touche presque à sa fin. Un siège, les réglages carbus et c'est fini. Près de 12 mois de travail pour arriver au résultat que je trouve simplement superbe. Je n'en crois toujours pas mes yeux et suis impatient à ce jour de remonter dedans et d'aller faire une ballade.

Une vidéo de la première sortie sera faite pour ceux que cela intéresse. Vivement la semaine prochaine.

Juste pour le fun, quatre photos "vieillies" artificiellement.






A bientôt.

Voir les commentaires

Restauration suite......

Publié le par Fabrice

Je crée un nouvel article, afin d'éviter une nouvelle perte totale des photos et textes.

Donc la suite des travaux de restauration.

La mise en peinture des intérieurs de portes, capots et ailes avants.

Préparation de la peinture;


La mise ne peinture des ailes avants. Philippe dans tout son art.
Passage de la première couche sur l'anti-gravillonnage.




Après deux couches d'opaque, le résultat final des intérieurs,. Surtout l'aperçu de ce que donnera la teinte sur l'ensemble de la voiture. Le choix de cette teinte a été difficile, mais au final me plaît beaucoup, ni trop sombre ni trop orangée.
C'est donc une teinte d'origine MG, le Flame Red qui a été livré entre 1970 et 1972. Les rouges disponibles en 73 ne me plaisaient pas.
 

La surface faisant peau d'orange est l'antigravillonage.


La malle arrière a eu aussi droit au joint polyuréthane sous tous les angles. Collage du panneau sur l'armature, joint tout le tour du panneau sur l'armature renforçant la rigidité du coffre et surtout de l'étanchéité.


Les portes ont aussi eu le même traitement? Collage du panneau sur les renforts intérieurs et le joint du panneau sur le châssis.




Les dessous de caisse sont enfin débarrassés du blackson. Encore un coup de diluant pour supprimer les quelques traces et nous ferons la pose des joints polyuréthane sur toutes les "coutures" de tôles.





Suivra ensuite la pose de l'antigravillonage et peinture opaque rouge sur tout le dessous.

Pour s'occuper un peu ce dimanche, j'ai entrepris le polissage des dashpot.

Un de fait et l'autre brut


Les deux polis. Le rendu est pas mal, mais à améliorer.
 

Création d'un coffre à l'emplacement de la seconde batterie 6V plus utilisée. Merci Louis pour cette idée.

Ajustement de la tôle après son pliage.



Les pièces ajustées et percées pour le bouchonage.




Soudures faites et meulées. et début du joint polyuréthane pour l'étanchéité.


 

Suite à quelques jours d'interruption pour cause de vacances, nous revoilà au boulot.

Ces derniers jours nous avons décapé les pièces du train avant, fait un peu de peinture et surtout passer l'antigravillonage sur tout le dessous de caisse.

Les différentes pièces du train avant décapées. Il manque sur la photo les amortisseurs décapés eux aussi.



Les étriers de freins décapés et repeints en gris haute température.



Les disques de frein et moyeux ont aussi droit à leur cure de jouvence. Il ne sont pas très vieux et n'ont pas nécessite un remplacement. Seulement les plaquettes par mesure de prévention seront remplacées.



Les flasques de disques, même traitement, l'un est neuf car trop abîmé à mon goût et l'autre restauré.



La fin des joints polyuréthane des dessous de caisse.











Et enfin la mise en anti-gravillonage de tout le dessous de caisse.















Le résultat est satisfaisant, bien uniforme, il faut dire appliqué avec amour, hein Philippe. Plus aucune jointure de tôle n'est à l'air. L'étanchéité devrait être bonne.

La suite si tout se déroule normalement sera samedi avec la mise en peinture du dessous de caisse, rouge bien sur, mais sans bandes blanches ;)


La suite comme prévu. La peinture des sous bassement. Faite non pas aujourd'hui, mais hier. Surprise que m'a réservé Philippe à mon arrivée ce matin dans l'atelier. Nous devions la peindre ce matin et j'ai eu la bonne surprise et le plaisir d'admirer ses dessous tout de rouge vêtus.

Comme à son habitude son boulot est parfait.

La preuve en images et changement de la couleur pour le texte, histoire d'habituer vos yeux à cette teinte rouge vif.















Aujourd'hui, ou plutôt une partie de cette journée, la peinture étant faite, nous avons pû continuer le décapage des trains.
L'arrière est bientôt terminé, et nous pensons que l'ensemble du chassis sera en peinture d'ici la fin de semaine.

Nous avons changé quelques pièces sur le train avant. Il me reste la réfection des roulements, joints spi de pont arrière et le réglage des jeux du différentiel. Une fois ces menus travaux effectués, peinture et séchage.

Ensuite nettoyage du faisceau de durites et cables passant sous la voiture fait, repose de la voiture sur ses roues et mise en peinture des interieurs, compartiment moteur, coffre et habitacle.
Nous pourrons alors commencer le long et lent remontage de la mécanique avant le passage en cabine pour la peinture extérieure et le remontage intégral de la MG.

A bientôt.
 




Voilà enfin venu le temps du remontage après les heures passées à dégraisser, poncer, brosser et enfin repeindre les pièces du train avant et du pont arrière.

L'ensemble des pièces des trains roulant exposées et fraîchement repeintes.







Les amortisseurs avants.



Une des fusées avants.



Le crossmember ou traverse avant qui supporte tous les éléments de suspension avant et la crémaillère de direction.



Un partie des pièces du train arrière, les ressorts, tambour, moyeux et flasques de freins arrières.



Le remontage des éléments du pont arrière, moyeux, lames et freins. Les joints spi sont changés, les roulement d'arbres de roues sont neufs et les cales du différentiel aussi.



Remontage des flasques et moyeux.



It's me. Suis pas beau ???



Bush et fixations de lames sur le pont sont neuves. La boulonnerie des flasques aussi.



Les freins remontés, reste à reposer les tambours.



Voilà, le train arrière est presque terminé. Il restera les durites de frein et câble de frein à main avant de le glisser sous la voiture. Et bien sur remettre de l'huile.

AVANT :

APRES:



Au tour du train avant.

Les bras inférieurs sont en quatre parties boulonnées entre elles. Les bush sont du modèle V8 "réputés" plus solides. Toute la boulonnerie du train avant et neuve.
Sur cette photo, les connaisseurs pouront remarquer que la bîelette de joinction de barre stab est celle du côté gauche. le pîre c'est que c'est gravé sur la pièce. Mais bon, je devais être fatigué.



Un autre vue de la même pièce.



Mon établi de fortune improvisé, afin de profiter du peu de soleil que nous avons eu cette semaine. L'amortisseur droit en cour de montage. J'ai embauché du personnel aujourd'hui. Ou plutôt des spectateurs.



Le côté droit presque terminé. Il restera le ressort qui sera posé lorsque la traverse aura rejoint la voiture.



Un amortisseur vu de près.



La fusée sur laquelle viendra le moyeu et son disque, ainsi que l'étrier de frein et le cache poussière.



C'est tout pour cette fois.

A bientôt.


La fin de l'assemblage du train avant. Les moyeux , disques et étriers de freins sont remontés.







La repose du tuyau de frein arrière, tuyau d'essence, le faisceau electrique sous la caisse avant sa remise sur roues.







Remise en place de la pompe à essence Facet. Je l'ai replacé à son emplacement d'origine. C'est moins accessible, mais elle est prévue pour un montage près du réservoir. Elle reste malgré tout accessible par le bac à batterie, après avoir retiré cette dernière.



La voiture est de nouveau à l'endroit au moment ou j'écris ces lignes. Je mettrai en ligne quelques photos dimanche.


Le train arrière a retrouvé son emplacement d'origine.







La semaine prochaine, nous commençons le ponçage de l'apprêt des interieurs pour la mise en peinture.

Nous avons profité de ce merveilleux week-end pour peindre les interieurs. La preuve en image.

J'ai pas compris, un gars de la police scientifique est venu examiner la voiture. Ils sont partout.





La peinture sur les ailes n'est pas la définitive, elle nous servira de base pour la teinte vernie. Cette méthode nous permet de voir le moindre défaut de planéité des tôles.




L'habitacle







Le fond de coffre





Le compartiment moteur, c'est quand même plus beau que le noir mat d'avant.







Dès lundi, la caisse devrait retrouver son train avant. Ensuite remontage du faisceau electrique avant, des commandes d'embrayage et de freinage. repose du bloc chauffage et ensuite boite/moteur.

Planning tenu pour cette semaine.

Remontage du train avant sur la caisse.









Remontage du bloc chauffage, du support de maîtres cylindres et remise en place du faisceau électrique dans le compartiment moteur. Tous les joints d'étanchéité sont neufs.



Le fouilli du faisceau electrique.



Restera le groupe de ventilation qui vient de passer en peinture.



Remontage de la boîte de vitesse. Remplacement complet de l'embrayage, butée, friction et mécanisme.





L'arbre de transmission est reposé



La difficile remise en place du moteur qui n'a failli pas être remonté aujourd'hui. C'est enfin fait et nous pourrons passer à la suite.







Mise en place des nouveaux bouchons, colonne de direction et pédalier.



Faisceau électrique et commande de boîte reposés.



Bouchons de plancher.



La revoilà donc de nouveau sur ses roues.





La semaine prochaine nous continuerons le remontage des accessoires moteur, alternateur, démarreur, carbus, radiateur huile et eau et la remise en place du boitier fusible ainsi que les connexions électriques. Si le temps nous le permet, nous devrions boulonner le réservoir sous la caisse.

Des nouvelles du front. Bon le planning n'a pu être tenu pour raison professionnelle. On ne fait malheureusement pas toujours ce que l'on veut.

Bref, nous n'avons en fait travaillé qu'aujourd'hui samedi et pas mal de galères qui n'ont rien arrangé.

Remplacement des gougeons sur le collecteur d'échappement, certains étaient cassés. Nous avons bataillé avec les tuyaux de freins et embrayage côté maitres cylindres. L'ancien montage avait été bidouillé et plus rien ne va. Nous sommes donc bon pour racheter le materiel necessaire à cette refection. Tuyaux, raccord et outil pour façonner les embouts.

Nous avons pu remonter le collecteur d'echappement et la pipe d'admission, les carburateurs, le radiateur d'huile, le radiateur de refroidissement et sa cloison, l'alternateur, le démarreur, la courroie, l'hélice du radiateur et fait un peu de rangement de cartons de pièces ne servant plus.

Pas beaucoup de photos pour illustrer ces travaux, mais des photos quand même.

Une vue d'ensemble





Ce que l'on pourra appercevoir au travers de la grille de calandre.





La suite en image.

Le remontage continu, nous avons eu différents petits soucis retardant un peu le planning que nous avions fixé.

Suite au remplacement du maître cylindre de frein par un neuf, nous nous sommes aperçu que le tuyau de raccord entre le maître cylindre et le répartiteur n'était pas le bon. Une bidouille faite précédement et mal faite. De même pour le tuyau d'embrayage. Bilan, rachat de nouvelles pièces et les freins et embrayage ne sont pas encore fonctionnels.

En revanche, nous avons eu une très mauvaise surprise à la repose du coffre, ou plutôt du nouveau joint d'étanchéité. Après son remontage, les jeux ne sont plus du tout bon, le coffre est cinq bon millimètres trop haut. Du coup au désespoir de Philippe, il faut tout reprendre, donc retaper sur les tôles, remettre de nouveaux mastic, apprêt et repeindre une partie des intérieurs du coffre.

Il était prévu de mettre en peinture la voiture samedi prochain et nous devrons donc reporter à la semaine suivante le passage en cabine.

Malgré ces petits ennuis, nous avons quand même réussi à faire une grosse partie de ce que nous avions plannifié.

Le fameux joint de coffre.



La repose des portes, ailes avant et capot.

Repose des joues d'ailes et leurs nouveaux joints.



La repose des ailes avants.



Les portes et capot





La front valence ou jupe avant, et la calendre pour le fun. Tout est parfaitement alligné grace au très beau travail de Philippe fait en amont.





Avant le remontage des ailes, nous avons remonté le reservoir et l'echappement.

Après la remise en peinture, de nouvelles bandes de caoutchouc sont posées


Remise en place sous la voiture.



Le moteur quasiment terminé. Il reste les filtres à air à mettre en place et terminer la fixation du faisceau électrique sur le devant du compartiment.

Le rendu esthétique final du compartiment moteur me plait beaucoup. Le mariage du rouge brillant et du noir satiné est du plus bel effet.

Nouveau boitier fusibles, huit au lieu des quatres d'origine. Cela m'a permi de séparer notament les feux droite  et gauche, de fusibler l'allumage électronique qui ne l'était pas. Il me reste encore un peu de travail sur le faisceau qui sera fait dans la semaine qui vient.

AVANT

APRES






AVANT

APRES


AVANT

APRES


Un bonus cette semaine, demandé par quelques personnes, deux vidéos de la remise en route du moteur après bientôt neuf mois d'arrêt.

Le premier essai infructueux, car la batterie n'est visiblement plus au meilleur de sa forme. Au passage, c'est très pratique un cabriolet sans ses ailes, on peut mettre le starter, accélérer avec une main et tourner la clé de contact avec l'autre.



Le deuxième essai sera plus concluant, avec l'aide d'une deuxième batterie, le moteur partira au bout de quelques secondes. La vidéo suivra demain , car  je n'ai pas eu le temps de l'heberger.

Voilà la vidéo de remise en route.


La semaine qui vient va être du ponçage et le ré-ajustage de la malle arrière. .


Alors des nouvelles de cette fin de semaine.
Suite au remontage des ouvrants, ailes et capots, nous avons donc poncé l'apprêt pour la préparation à la peinture. Une surprise de dernière minute est venue perturber le bon déroulement de la préparation. 
Lors du remontage du capot avant et surtout de son réglage, la fermeture "trop serrée" sur le joint à occasionné une barre sur le haut du capot. Bilan, ponçage, mastic, nouvel apprêt et ponçage de finition. Philippe s'est encore un peu (beaucoup) tiré les cheveux. 
Bref, jeudi soir fin des travaux à 22h30 pour être près le samedi matin. Le vendredi midi Philippe a poncé l'apprêt de finition et en soirée amené l'auto à la cabine.

Samedi matin, arrivée à la cabine, l'auto est au chaud de puis la veille.





Après trois heures et demi de camouflage et dégraissage de la carrosserie, elle est fin prête pour la peinture.





Début du travail de l'artiste.

Désolé pour la qualité de la photo, mais elle est prise au travers de la vitre de la cabine.


Après les deux bonnes couches de base à vernir.
Au diable les puristes, mais les séances de lustrage ne sont pas mon fort, et je préfère de loin rouler avec l'auto plutôt que de passer mon temps à l'entretenir. Donc peinture vernie deux couches.



On aperçois déjà le superbe travail de préparation effectué en amont par Philippe. Ca commence à avoir une belle allure.



J'ai l'autorisation du peintre pour rentrer dans la cabine et faire une photo du capot avant l'étuvage. Tout simplement splendide. Je vous laisse juger le tendu du vernis.



Voilà après 50 minutes d'étuvage à 65 degrés. Rien à bougé, le rendu est parfait et Philippe même est heureux de son travail.

Juste avant sa sortie de cabine.



De retour à l'atelier. Dès lundi commence le remontage de tout ce qui manque encore pour qu'elle soit complète.











Effet mirroir garanti. Avec les chromes et autres accessoires, ça devrait être très joli.



Reste à tout remonter.

Bonne semaine.


Aujourd'hui vendredi 24 Octobre, une semaine vient de s'écouler depuis la peinture et le remontage est long car minutieux.

Remontage des poignées de porte après leur polissage. Graissage des serrures et réglage.



Un peu de chrome, la grille de ventilation ainsi que les axe des balais d'essuie glace.



La création de la pièce de vinyle recouvrant le dessus de caisse entre le pare brise et le tableau de bord. Cette pièce n'étant plus disponible en refabrication, nous avons acheté un carré de vinyle (1m40x1m), mais surtout nous avons pris soin avant d'arracher l'ancien de faire un patron pour la découpe du neuf.

La pose du patron sur la pièce de vinyle. Posé avec du tiro pour un maintien et une bonne précision de découpe.



Mise en place "à blanc" de la pièce découpée et pose de repère pour le collage (bouts de tiro).



Masquage du reste de la voiture pour l'application de la colle néoprène en bombe. Application sur les deux surfaces à coller. Attention adhésion quasi immédiate avec cette méthode.



Les traçages sont les repères d'alignements qui permettront de poser directement le vinyle au bon endroit. 



Une foi le vinyle appliqué, tamponnage pour une bonne adhérence de la colle. Attention ne pas maroufler au risque de détendre le vinyle et d'avoir des "vagues".



Le resultat après collage. Il restera à faire les découpe pour les buses de ventilation et des trous de fixation de laplanche de bord.





Repose des clignontants avant

.


Voilà pour cette semaine, demain samedi nous devrions reposer la baie de pare brise après le remplacement de tous les joints.

Des photos dimanche.

Alors bilan de ce samedi. Changement de plan. Démontage de la baie de pare brise pour le remplacement des joints.

Après mûre réflexion, nous décidons de refaire le polissage de l'alu du cadre de pare brise. Le verni est terni et par endroit griffé et jure franchement à côté de la peinture et de la future capote neuve.

Donc 8 heures de polissage à la main.
Papier à l'eau en démarrant au 600, 800, 1000, 1200, 2000 et pour finir au 3000 pour le rendu final. Il reste donc à Philippe de revernir l'ensemble et de tout remonter.


Une pièce a été dégrossie à la machine car le verni ne partait pas, même au 400 à main.



Pour le reste, tout à été poli à la main et l'huile de coude. L'aspect satiné est volontaire et ce, afin de rester sur l'origine.









Nous avons eu juste le temps de remonter les feux arrières et la goulotte de réservoir avec son joint neuf.
Philippe s'est occupé d'effacer les quelques petites poussières incrustées dans le vernis, un travail de longue haleine pour une finition irréprochable.



 

Alors la suite du remontage. Nous sommes le 2 novembre.

Je n'ai pas mis à jour le blog puisque les travaux effectués ne nécessitaient pas de photos.
Dans la semaine nous avons entrepris le remontage du pare brise dans son cadre. Nous avons donc bataillé sévèrement pour tout remettre en place et ne rien casser. Deux heures et demie de boulot et de suées.
Le lendemain soir, nous avions prévu de remettre la baie de pare brise sur l'auto et là....le drame, fissure sur le pare brise survenue durant la nuit.
Donc mise en commande d'un nouveau pare brise chez Moss UK en espérant qu'il arrive en une seule pièce et aussi rapidement.
Nous voilà donc bloqués pour la suite du remontage. Nous ne pouvons remonter la planche de bord car les fixations du cadre du parebrise sont logées derrière.

Philippe à donc entrepris le remontage des vitres de porte et le réglage. Pour ma part j'ai continué le remontage des feux et finalisé les connexions électriques et la réfection de pas mal de cosses.
En gros, les feux, phares et glaces de portières sont opérationnels. Nous avons remonté aussi une grosse partie de la face avant, ce qui redonne un aspect plus normal à la B.

Place aux quelques photos prise ce week end.

Les parechocs et over rider ont été poli et repeint à l'intérieur.





Le remontage des phares et clignotants. Les cabochons de clignotant et feux arrière ont été dépoli et verni en brillant intérieur et extérieur. Cela leur à redonné une très belle transparence.







Ca commence à avoir de l'allure non?
Le pare choc est juste positionné mais on règlé.





Une photo prise de nuit, nous avons remonté les chromes latéraux du côté gauche.



Voilà pour cette semaine. Il nous reste l'intérieur au complet à remonter, le fichu pare brise et la capote avant de pouvoir faire un tour avec. Ah si, j'oubliais, la peinture des jantes aussi pour parfaire la restauration.

A dans quinze jours, car le weekend prochain je serai de l'autre côté des alpes en train de visiter le plus grand musée Européen à....Turin.


Nous revoilà pour la suite.

Nous avons donc reçu le parebrise neuf de chez MOSS et deux trois dernières bricoles.

Le remontage du parebrise dans le cadre alu et la mise en place sur la caisse nous aura pris près de 3 heures à 4 personnes. On a connu mieux en terme de rendement.

Nous avons aussi remi en place l'arceau de capote et sa nouvelle bache. Là encore près de 4 h de travail pour ajuster au mieux la tension de la toile.

Positionnement de la barre de maintien de la toile. Essais de tension, retension, essai, retension jusqu'au rendu voulu.



Nous avons commencé la tension par le centre et mis une vis de maintien sur les extrémités.







La vue de la capote terminée et tendue parfaitement, non sans mal et biensur le fameux parebrise et ses joints neufs.
Pour l'annecdote, nous avons passé près d'une heure à glisser le joint qui étanche la baie de parebrise sur la caisse et nous étions 4.
Tout est donc règlé et bloqué.







Il ne restera que les pressions de maintien à placer pour que la capote soit définitivement terminée.

Le systeme de ventilation à été remonté.





Pose de film autocollant pour empêcher l'eau de venir tremper les panneaux de portes tout neufs.



Les panneaux  remontés.

 



Il reste les montants supérieurs à poser pour que les portes soient finies ainsi que les poignées intérieures.

Le panneau arrière positionné, mais non fixé. Les moquettes seront posées avant les panneaux.



Trois photos de ce que donne l'avancement. Nous avons reçu ce weekend le filler droit oublié par le préparateur de commande. Nous allons pouvoir remonter le parechoc arrière.







C'est tout pour cette semaine. Dès lundi nous allons remonter la planche de bord et commencer à poser le kit moquette.

A la semaine prochaine.

 

 

De nouvelles images de la semaine venant de passer. L'interieur avance bien. Le nouveau kit moquette est de bonne qualité et surtout très bien découpé et adapté. Le plus dur aura été d'appliquer la moquette sur les passages de roues, les moquettes n'étant pas pré-formées.

 

La moquette recouvrant le bac à batterie est livrée nue. Il faut penser à se procurer les pressions permettant l'accrochage sur la caisse.

 

 

La mise en place provisoire de l'ensemble afin de voir si des ajustages sont necessaires. Je n'aurai qu'à recouper d'environ 2cm en longueur les moquettes de bas de caisse.

 

 

Pose d'insonorisant sur les planchers.  

 

 

Il reste sur cette photo, le tunel à poser, et les moquettes seront terminées. 

 

 

Nouvelle façon de s'installer au volant. Bon OK, il n'y a pas encore de volant, mais c'est plus pratique  et confortable pour finaliser la fixation de quelques fils electriques.

 

 

Les moquettes sont terminées. Le tableau de bord est fonctionnel.

 

 

Désolé pour les photos sombres, la nuit commençait à tomber. Il reste les sièges à remettre en place.

 

 

Un nouveau pommeau cuir, bien plus beau que l'ancien n'ayant même plus son octogone. 

 

 

Voilà c'est tout pour cette semaine.

 

 

Compte rendu de la seule journée de travail pour cause de déplacement professionnel.

 

Nous avons terminé l' habillage de l'intérieur. Philippe à poli les branches du volant qui devrait être regainé de cuir cet hiver.

Nous avons aussi remonté le pare choc arrière et commencé à poser les glissière de siege.

 

Repose des over rider sur le parechoc arrière.

 

 

Reposé sur la voiture 

 

 La remise en place du volant.

 

 

Détails du centre que Philippe a refait selon ses gouts. Le rouge est la couleur de la carrosserie.

 

Les intérieurs de portes terminés, les moquettes et les panneaux latéraux son définitivement fixés. Il restera un bon nettoyage pour que tout soit parfait. Sur cette photo on apperçoit une des glissières de siège. Une vrai cochonerie à reposer.

 

 

Cette semaine la voiture est sur cales pour la refection des jantes. Philippe doit s'en occuper cette semaine car moi je suis de nouveau en déplacement pro.

Si tout va bien nous devrions pouvoir les remonter samedi prochain.

 

 

Un petit coup d'oeil sous l'aile avant avec vue sur le bol de phare. Elle n'a pas encore roulé et la poussière est déjà là.

 

 

En fin d'après midi je n'ai pu resister à la pose des nouveaux stickers du compartiment moteur.

 

 

 

Gros plan sur  les filtres à air.

 

 

Il restera à frapper les numéros sur la plaque neuve, l'ancienne étant vraiment abîmée.

 

 

Suite la semaine prochaine.

Voir les commentaires

La Mini

Publié le par Fabrice

Quelques photos de notre première Anglaise, en fait la voiture de Madame.

000_0250b.JPG

000_0253.JPG
000_0255.JPG

Voir les commentaires

LA RESTAURATION DE MA MG B

Publié le par Fabrice


  • Bonjour à tous ceux qui suivent ce blog.

    J'ai malheureusement rencontré un problème sur l'article principal qui à été malheureusement effacé dans sa totalité. Les administrateurs d'over-blog ne m'ayant pas répondu suite à cette perte, je me vois résigné à continuer sans le début de cet article.

    Je vais donc continuer de mettre les photos de l'avancement de la restauration. Je diffuserai les anciennes photos à mesure des mises à jour, mais sans les commentaires.

    J'ai donc découvert l'automobile ancienne il y a quelques années. Comment?  grâce à un ami possèdant plusieurs Anglaises de course au palmarès éloquant, LOTUS. Je ne citerai pas son nom, et ne publierai pas de photos de ses voitures, mais il se reconnaitra très facilement. Je suis depuis quelques temps maintenant ses courses en VHC lorsque le temps me le permet, et je dois dire que ces courses sont assez exceptionnelles de par la diversité et la qualité des voitures engagées.

    J'ai donc eu l'immense privilège de pouvoir rouler avec celles-ci sur circuit et je ne pourrais jamais le remercier à la hauteur du cadeau qu'il m'a fait. Je garde des souvenirs et des photos impérissables de ces moments passés à rouler avec ses légendes. Merci Fabrice pour ces heures passées ensemble.

    Toujours est-il que sans lui, je ne sais pas si un jour j'aurai pensé ) acheter une ancienne. Bon je reconnais que la B est loin d'avoir un palmarès sportif d'une Lotus et encore moins ses performances, mais elle à participé à pas mal d'épreuve à son époque dint les 24h du Mans et certaines roulent encore en historique.

    Je tiens particulièrement à remercier Philippe, peintre carrossier de métier  ou plutôt Maître carrossier, mais surtout ami qui sans son aide précieuse, jamais je n'aurais pu entamé de tels travaux sur cette voiture. 

    Je tiens à préciser que je ne suis absolument pas du métier automobile. Le seul atout que j'ai, est d'être manuel et très observateur, mais surtout passionné d'automobile.

    Assez de blabla et place au photos.


    Ici la B avant son démontage.







    Le début du démontage.





    Le bouchonnage des trous des répétiteurs latéraux des version US.







    Les pastilles de tôle soudées et meulées.



    Travail à l'ancienne du "maitre" de l'aile avant droite.



    Après la râpe, la cale à mastic. Qui a dit que le métier de carrossier était de tout repos?



    Modification de l'emplacement du clignotant sur l'aile. Et création d'un bossage.



    Formage du profil de support de clignotant. Le Maître à l'ouvrage.



    L'aile avant gauche retravaillée.



    L'aile avant droite avec le bossage d'origine.



    Après les premiers mastic.



    Il y a encore pas mal de pièces, mais les tôles sont à nue.



    La spit de notre ami Guy en visite pour faire un peu le contremaître.



    L'alignement des éléments de carrosserie.







    Le remontage des planchers neufs. 154 trous percés par plancher et bouchonnés pas soudage.



    Les pastilles blanches que l'on voit sont des joints de polyuréthane servant à rendre totalement étanche les soudures et joints de montage entre les tôles. Une technique de moderne au service d'une ancienne. On en met sur toutes les parties de tôles soudées entre elles.















    Les deux planchers terminés et mis en apprêt phosphatant et de finition.



    La mise en apprêt de finition de l'extérieur et de l'intérieur du coffre. Il restera le ponçage avant peinture.









    La réfection du tableau de bord. Recollage des fissures sur le vinyl et mise en peinture de l'ensemble. Je dois reconnaître que le résultat auquel Philippe est arrivé, est bien au delà de ce que j'espérais. L'aspect fini est tout simplement superbe. Plus aucune trace d'usure ou fissure et la texture de la peinture est parfaite.

    Le tableau de bord sablé.



    Puis repeint







    L'étiquette est d'origine.

    Le cache batterie fraîchement repeint.



    Les carters moteur, cache culbuteur et moteur nettoyés, dégraissés, dérouilles et repeint.




    Remontés sur le bloc moteur.





    Nettoyage et remplacement des joints de la boîte de vitesse.





    Nettoyage et peinture du démarreur.



  • Le travail sur les ailes avant. Sur la photo suivante, elle sont débosselées, mastiquées et attendent un couche d'anti-gravillonnage et d'apprêt de finition. Avant ces deux couches, elles seront recouverte d'un apprêt phosphatant de type Acromax.



    Comme pour le reste de la caisse, joints polyuréthane sur les coutures.




  • L'aile terminée avec son apprêt et l'anti-gravillonage.





    Le démontage du train arrière.



    Le train arrière fraichement déposé de la caisse.




    Le retournement de la caisse.



    La voici revenu dans le garage mais sur le dos.



    Philippe à trouvé une nouvelle façon de rentrer dans une B, façon blindé....... On en met  des choses dans un bac à batterie....



    Deux des trois copains avec qui nous avons retourné la caisse. Le troisième se cachait. Il n'aime pas les photos.



    Cette semaine Philippe s'occupe du coffre et capot moteur. Pendant ce temps, j'ai démonté en totalité les élements du pont et du train avant.

    Il reste le décapage du dessous de caisse et des trains roulants. Je viens de passer une dernière, enfin je l'espere, commande chez Moss. Boulonnerie des trains roulants, diverses pièces pour le différenciel et pont, et la peinture chassis Black satin.

    Des photos bientôt.


    La suite des évenements.

    Mise en apprêt granissant des portes, capot et malle arrière, ainsi que la jupe avant.









    Pendant le temps que Philippe s'occupe de la carrosserie, je continue de gratter le blackson sous la voiture. C'est long et fastidieux.

    Ce lundi 14 juillet, j'en ai profité pour remonter les instruments sur le tableau de bord. J'ai reçu les switchs neufs, light et fan heater, un chrome pour le compte tour, celui d'origine étant cassé. J'en ai profité aussi pour remplacer les joint O Ring des instruments.



    Certains chromes changés. Il manque encore un switch sur la gauche.



    Nettoyage du faisceau et remontage avec les instruments.



    Ce soir en rentrant du travail, je suis allé récupérer ma dernière commande de chez les Anglais. Inventaires sur la table basse du salon, transformée à l'occasion en boîte de mécano géante.

    Essentiellement de la boulonnerie, des joints et goupilles diverses.



    Le kit embrayage, maitre cylindre, roulement, filtre à huile , graisse et peinture chassis.

     

    Les pièces pour la réduction du jeu dans le différenciel.



    Le kit trim intérieur correspondant à l'année modèle de la voiture, ce qui n'était pas le cas des anciens panneaux.
     J'attends encore le kit moquettes que je devrais récupérer samedi matin.



    C'est tout pour aujourd'hui. Dimanche prochain je devrais mettre en ligne les photos des pièces de tôlerie avec leurs intérieurs mis en peinture.

Voir les commentaires